Interview d’Augustin Jusot, Enfants du Mékong

Imprimer

 

 

Augustin Jusot est l’Adjoint du Directeur Asie d’Enfants du Mékong et Coordinateur du projet de safe mobility

 

 

 

Comment êtes-vous devenu volontaire Enfants du Mékong ? 

Je connaissais l’association depuis longtemps par l’intermédiaire d’Yves Meaudre, son Directeur Général, un ami de la famille. Par ailleurs, mon frère est parti il y a 15 ans comme volontaire en Thaïlande, ce qui a contribué à me donner envie de découvrir l’Asie du Sud-Est. Lorsque je me suis décidé à partir, j’avais terminé mes études en histoire et en sciences politiques et j’avais déjà commencé ma carrière professionnelle. Alors que je me disais qu’il était trop tard pour me lancer, un jeune volontaire Enfants du Mékong m’a raconté qu’il s’était engagé dans le cadre d’un Volontariat de Solidarité Internationale (VSI).

Ce type de contrat était parfait pour moi car il me permettait de faire une césure professionnelle avec l’aide de l’État tout en étant financièrement autonome. Il est également perçu comme un gage de sérieux dans le monde professionnel lors du retour en France, ce qui n’est pas toujours le cas d’une mission de bénévolat classique pour une ONG. Tous ces aspects sont venus à bout de mes dernières hésitations et j’ai proposé ma candidature. Après un dossier en ligne et quatre entretiens, je suis parti au Cambodge plus tôt que je ne m’y attendais, car l’association avait besoin d’un volontaire en milieu d’année. Cela fait maintenant deux ans et demi que je travaille pour Enfants du Mékong en Asie du Sud-Est.

 

Quelle a été votre expérience sur le terrain en Asie ?

Les premiers temps ne sont pas évidents : on est un peu perdu et l’on se demande ce que l’on fait là. Mais la réalité et le quotidien se chargent de donner rapidement du sens à votre présence sur le terrain ! Comme le répète souvent Enfants du Mékong à ses volontaires, nous sommes les maillons d’une longue chaîne. Plus que le travail fourni, pourtant capital, c’est notre présence au quotidien auprès des jeunes qui, souvent malgré nous, fait la différence, en leur donnant confiance en eux.

J’étais volontaire depuis un an et demi au Cambodge, en assurant également deux missions ponctuelles d’un mois chacune en Birmanie, quand le Directeur Asie, Damien Verny, m’a demandé de devenir son adjoint. Je suis donc parti à Bangkok, en Thaïlande. À présent, j’assure environ 50% de terrain et 50% de travail de bureau. Je m’occupe notamment de programmes de développement, de santé et de nutrition.

Aujourd’hui, je coordonne le projet Safe Mobility avec la Fondation d’Entreprise Michelin en Thaïlande et au Cambodge. Je fais le tour des centres Enfants du Mékong du Cambodge pour comprendre leurs besoins : estimer le nombre de vélos à fournir aux enfants, le nombre de motos nécessaire au staff, etc. J’organise également les actions avec les équipes Michelin Asie, qui sont présentes sur les formations à la sécurité routière.

L’année prochaine, le projet sera mis en place aux Philippines et j’y ferai le même travail. Grâce à Safe Mobility, nous allons avoir un réel impact sur la sécurité et l’accès à l’éducation des enfants pris en charge par Enfants du Mékong.

michelin-9

Restez connecté aux actualités de la Fondation d'Entreprise Michelin via les réseaux sociaux